Au fil des jours


Qu’en pensent les femmes ?

08-03-2017 : 11h12


APERAM Stainless : inquiétude des salariés et élus du CE

15-02-2017 : 16h07


Les partenaires de la CFTC Métallurgie

07-03-2016 : 15h46


Humanis

03-11-2016 : 10h43

Maya Besnardeau, conseillère fédérale, demande aux femmes leur avisNotice d'information pour les adhérents et leurs conjoints

Partager :

Share |

Rendez-vous & Agenda du président et du secretaire général

Chat Réunions Assemblées

Accés presse

Revue de presse de la CFTC Métallurgie
Lire les articles parus dans la presse sur l'actualité sociale et industrielle : actualité dans les entreprises, emploi, salaires ...

Au revoir PSA Retail, bonjour Citroën Champ de Mars

Qu’en pensent les femmes ?
Maya Besnardeau, conseillère fédérale, demande aux femmes leur avis

Projet Gemini chez Airbus
la direction avance sur des mesures sociales d'accompagnement

APERAM Stainless : inquiétude des salariés et élus du CE

LE METALLO N° 153 : ERRATUM

Humanis : notice d'information pour les adhérents et leurs conjoints
Des documents peuvent être téléchargés

Les conseillers du salariés CFTC
Un rôle important pour les salariés des TPE qui ne bénéficient pas de syndicats

Loi travail : synthèse CFTC
Documents à télécharger

Rejoignez la CFTC Métallurgie sur Twitter



Rechercher   
 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communique de presse du 22 juillet 2016

 
 

« LA CFTC AU FORUM SOCIAL MONDIAL  

POUR PRESENTER LE RESEAU FRANCO-QUEBECOIS DES DELEGUES SOCIAUX EN ENTREPRISE »  

Montréal – 10 août 2016  

D’ici 2020, l’OMS prévoit que si rien n’est fait, un salarié sur deux sera en détresse psychologique élevée dans les milieux de travail.  

Face à ce fléau, il faut apporter des solutions concrètes. Au Forum social mondial organisé à Montréal du 9 au 14 août, Jean-Paul Vouiller de l’équipe CFTC Hewlett Packard France, participera le 10 août à la conférence sur « détresse psychologique et souffrance au travail ». 

Les intervenants expliqueront comment le réseau des Délégués Sociaux québecois créé en 1983 (2700 personnes formées dans toutes les régions du Québec par la Fédération des Travailleuses et Travailleurs Québécois (FTQ)) apporte à cette question préoccupante une réponse innovante grâce à l’entraide syndicale de proximité.  

Depuis mars 2016, dans le cadre d’un partenariat original avec la FTQ, la CFTC importe le concept en France.  

D’ici novembre, 65 Délégués Sociaux auront été formés et déployés en France dans les formations pilotes avant une mise en oeuvre à plus grande échelle à partir de 2017.  

Ces Délégués Sociaux en Entreprise, formés à l’écoute de la détresse, travaillent en réseau et élaborent une cartographie des ressources à proposer au salarié en souffrance quel que soit le problème qu’il rencontre, professionnel ou privé. Ils ont également construit un site internet dédié aux personnes formées.  

Ce programme original et innovant de soutien aux salariés dans leur milieu de travail est dans la lignée des propos récents de la psychologue Marie Pezé (créatrice en France de la première consultation «Souffrance et travail» en 1997 à l’hôpital de Nanterre) :

«la solution est souvent dans les 10 mètres autour du poste du salarié, dans ses collègues, son quotidien»  

Contact presse : Jean-Paul Vouiller : 06 75 77 43 68 - jean-paul_vouiller@hpe.com
 
 

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 12 mai 2016

 

 

Marseille, le 12 mai 2016

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE 

Un Congrès fédéral CFTC à Marseille !
 

La Fédération de la CFTC Métallurgie a décidé d'organisera décidé d'organiser son congrès à Marseille (Bouches-du-Rhône), au Palais du Pharo, les 18 et 19 mai prochains.

Ce sera, en effet, le dernier Congrès de Joseph CRESPO, Président de la Fédération et Vice Président confédéral, militant invétéré de la ville de Marseille. D'où le choix du lieu.

A un an des résultats concernant la représentativité syndicale et dans un contexte économique et social difficile, près de 600 militants de toute la France seront présents !
De plus, un bureau confédéral (regroupant les Présidents et/ou Secrétaires généraux de toutes les Fédérations, ainsi que le Président confédéral, Philippe LOUIS) se réunira sur place, le mercredi 18 mai. Ce sera l'occasion pour vous, journalistes, d'interviewer les acteurs clés de la CFTC, sur des sujets tels que le projet de loi Travail discuté actuellement au Parlement, le fort taux du chômage, les mouvements sociaux, les syndicats ou branches qui risquent de disparaître en 2017 avec les nouveaux résultats sur la représentativité...
Alors, n'hésitez pas à nous rencontrer au cours de ces deux journées.
Si vous souhaitez de plus amples informations sur le programme, nous restons à votre entière disposition.

Contact presse Fédération CFTC Métallurgie : Véronique LAFON : 06 73 00 59 09

Contact : Alain BEVERAGGI, Président de l'Union départementale CFTC des BDR et Président de l'Union régionale CFTC PACAC : 06 11 73 37 62
 
 
 

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse

 
 
 

 

PROJET DE LOI EL KHOMRI :

 « La CFTC n’est à la solde de personne ! »
 
 

Pourquoi ?

 

 

  1. Parce que nous n’allons pas prendre nos ordres à « Montreuil »,
  2. Parce que c’est un projet de loi, les salariés doivent savoir que ce n’est pas un accord, qu’il n’y a donc pas de signature des Organisations Syndicales,
  3. Que le job de chaque syndicat, dans ce cas, c’est de faire du lobbying auprès des députés, car c’est eux qui voteront cette loi,
  4. Que ce projet de loi doit être largement amélioré et qu’il n’est donc pas acceptable en l’état,
  5. Pour ce qui est de la grande manifestation, si toutefois il y en avait une, les Métallos CFTC préconisent le samedi ou bien le dimanche car « y’en a marre d’emmerder » les usagers et les salariés à faire des manifs la semaine pour bloquer les aéroports, les gares et les routes, allons plutôt à l’Elysée et à Matignon.

 

« A bon entendeur, salut ! »
Le Conseil fédéral réuni les 24 & 25 février 2016

 A Vincennes, le 25 février 2016 

Contact :
Joseph CRESPO
Président fédéral
06 80 75 31 35 
 
 
 
 
 

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 16 septembre 2015

 
 

SMART : Inégalité de traitement Personnel Modulant / non-Modulant

La CFTC refuse de poursuivre les négociations en l’état

 

Dans le cadre des négociations annuelles obligatoires, la direction SMART propose à ses coéquipiers le « pacte 2020 ». Objectif : Devenir compétitif face à d’autres sites de production (Slovénie par exemple), en diminuant le coût du travail. Ces propositions devraient permettre d’assurer la pérennité du site de Hambach jusqu’en 2020. En clair, une augmentation générale de 120€/mois, une prime de 1000€ et l’embauche de 50 coéquipiers contre une augmentation du temps de travail pour les modulants, et une suppression des RTT pour les non-modulants. Ce qui représente au global une augmentation du temps de travail de 12% contre une augmentation salariale de 6%.

La direction prévoit d’adresser au personnel non modulant une proposition d’avenant afin de formaliser l’acceptation de ces modifications, tandis qu’elle refuse ce même droit aux salariés en modulation. Cette situation engendre une différence de traitement entre les deux catégories. Cette différence de traitement est ressentie de manière injuste entre les modulants nettement opposés au projet à 61%, et les non modulants, opposés à seulement 26%.

Pour la CFTC, la direction tente d’imposer aux modulants une modification unilatérale du contrat de travail. Or une telle modification nécessite l’accord préalable de tous les salariés.

Imposer unilatéralement aux salariés une augmentation de la durée du temps plein (passage de 35 heures à 37 puis 39 heures), constitue une modification du contrat de travail et une atteinte au décompte légal des heures supplémentaires.

La CFTC ajoute que la direction à délibérément fait le choix de se placer en marge du dispositif légal d’un « accord de maintien dans l’emploi » afin de s’exonérer de certaines contraintes de dialogue social tout en tentant d’éviter son obligation d’obtenir l’acceptation individuelle des salariés.

Dans l’intérêt commun et afin de ne pas créer la division entre les salariés, la CFTC revendique le respect de l’égalité de traitement, de manière à laisser le choix à tous les coéquipiers d’accepter ou non une modification de leur contrat de travail. Chacun doit être en mesure d’exercer librement et en pleine connaissance de cause, son droit individuel. Passer en force vis-à-vis de ces salariés est inacceptable, et de surcroît source de division et d’insécurité juridique pour l’entreprise et son projet.

La CFTC refuse de poursuivre les négociations tant que la direction ne respectera pas cette égalité de traitement entre les salariés dans la mise en œuvre de son projet de réorganisation.

Le DS CFTC – SMART  : Emmanuel BENNER   

Le Syndicat CFTC Moselle :   Secrétaire Général :   Philippe CARMES    
                                                 
                                                                            
La Fédération CFTC Métallurgie  : Secrétaire Général :  Eric CRUCHET                                                                                                                
 
Contact presse : Véronique Lafon-Rémont
Téléphone : 01 43 65 56 95 et 06 73 00 59 09 
 
 

 


 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 22 octobre 2014

 
 
Nouvelle offre d’apprentissage pour les jeunes décrocheurs :
l
a CFTC Métallurgie demande l’ouverture d’une négociation de branche

Le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, a lancé hier aux partenaires sociaux un appel à la négociation d’un nouvel accord national interprofessionnel pour mieux accompagner les jeunes décrocheurs vers l’emploi, le précédent accord arrivant à échéance à la fin de l’année.

La Fédération CFTC de la métallurgie rappelle à cette occasion qu’elle a écrit au Ministre du travail le 19 septembre pour attirer son attention sur le projet qu’elle défend pour favoriser l’intégration dans le monde du travail des jeunes en échec scolaire.

Ce projet consiste à proposer à ces jeunes décrocheurs, dès l'âge de 15 ans, une nouvelle offre d’apprentissage. Cette nouvelle offre, qui permet une passerelle vers le monde du travail sur un cycle de 4 ans, favorisera leur recrutement sur les métiers de la production, dont un certain nombre sont en tension.

L’entreprise serait tenue, au terme du cycle, d’engager l’apprenti en CDI s’il réussit l’examen d’un diplôme d’Etat de niveau BEP/CAP.

Les détails de cette offre ont également été présentés à l’UIMM et aux partenaires sociaux de la métallurgie (courrier du 19 septembre au délégué général de l’UIMM et présentation faite par la CFTC dans le cadre de la négociation du projet d’accord sur l’alternance).

Joseph Crespo, président de la Fédération CFTC Métallurgie, estime que la métallurgie doit être en première ligne sur ce sujet et qu’il est grand temps d’ouvrir une négociation sur cette offre spécifique d’apprentissage des jeunes en décrochage scolaire.

L’ouverture prochaine de cette négociation figure à l’ordre du jour du conseil fédéral de la métallurgie CFTC qui se tiendra le 6 novembre.

Contact presse : Véronique Lafon-Rémont
Téléphone : 01 43 65 56 95 et  06 73 00 59 09

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 20 juin 2014

 

ALSTOM : il est temps de prendre une décision

La société General Electric a annoncé hier qu’elle avait actualisé son offre de rachat des activités énergie et réseaux d’Alstom. Son projet d’alliance avec Alstom comprend une alliance pour la transition énergétique (création de deux co-entreprises), une alliance dans le nucléaire et pour les turbines à vapeur (dans laquelle l’Etat français aura un droit de veto), un renforcement d’Alstom Transports, la création de 1000 emplois, et la localisation en France de centres de décision mondiaux dédiés à l’activité énergie.

Au vu de ces avancées, Joseph Crespo, président de la Fédération CFTC Métallurgie estime qu’aujourd’hui, seule compte la pérennité de l’ensemble des emplois d’Alstom, et pas seulement pour trois ans.

« On ne créé pas un Airbus de l’énergie en claquant des doigts ». Et si un  Airbus de l’énergie devait voir le jour, « les effets ne se feraient sentir que dans 20 ans ». Mais pendant 20 ans, qui garantit la pérennité des emplois ? Ni Siemens, ni Alstom.

Or aujourd’hui, les activités de GE et d’Alstom sont complémentaires. Les garanties que donne General Electric tendent à démontrer qu’il y a une volonté réelle de donner une vie à Alstom au-delà de trois ans pour l’ensemble de ses salariés.

Il est grand temps de prendre une décision, car ce qui est en jeu, c’est l’avenir d’Alstom et de ses emplois.

Contact presse : Véronique Lafon-Rémont
Téléphone : 01 43 65 56 95 et 06 73 00 59 09 

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 30 avril 2014

 
ALSTOM : sauvegarder l’emploi et les compétences
 
Au vu des derniers événements concernant le groupe Alstom, en particulier l’offre de reprise par General Electric de la partie énergie, Joseph Crespo, président de la Fédération CFTC Métallurgie estime qu’il faut choisir l’option qui permettra de maintenir les 18 000 emplois en France, et ceci de manière durable.

Le critère européen n’est pas suffisant. « On n’invente pas un groupe européen en claquant des doigts. Si l’on prend l’exemple d’Airbus, il a fallu 20 ans de travail pour la mise en place de ce groupe ».

Dans un tel contexte, « un chômeur licencié qui va à Pôle emploi a 99% de chance d’y rester » selon lui.

C’est lors des consultations avec les organisations de salariés représentatives, qu’il faudra exiger des garanties pour l’emploi, au-delà des trois années évoquées dans la presse.

Par ailleurs, il ne faut pas se bercer d’illusions. Dans ce dossier, l’Etat, a des marges de manœuvre limitées et ne peut décider à lui seul de l’avenir du groupe Alstom.
 
Contact presse : Véronique Lafon-Rémont
Téléphone : 01 43 65 56 95 et 06 73 00 59 09 


 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 15 avril 2013

 
  
 Non au report de la mise aux normes des ascenseurs  

La Fédération de la Métallurgie CFTC est inquiète pour l’avenir des ascensoristes et le devenir des emplois dans une profession déjà en difficulté malgré les apparences.

En juillet 2013, la deuxième échéance pour la réalisation des travaux de mise aux normes pour la sécurité arrivera à son terme.

Il semblerait que le gouvernement envisage de reculer cette date.

Alors que la situation de l’emploi se dégrade fortement dans le secteur de l’ascenseur, que les plans sociaux se sont succédé chez les leaders de la profession, il serait regrettable qu’une telle décision vienne remettre en cause les efforts de tous et les améliorations indéniables en terme de sécurité pour les usagers et les personnes à mobilité réduite.

La profession toute entière s’inquiète des effets négatifs d’une décision prise sans une réelle concertation avec les professionnels de l’ascenseur.

Attachée en efforts d’innovations techniques pour un développement durable, aux économies d’énergie, à l’amélioration du confort de vie et surtout à l’amélioration constante de la sécurité, la Fédération CFTC de la Métallurgie demande une entrevue dans les plus brefs délais avec Cécile Duflot, ministe de l’Egalité, des territoires et du Logement, pour expliquer en quoi une telle décision serait négative en terme de perte d’emploi, de perte d’activité économique, d’amélioration de la sécurité et de coût social pour le pays.

Contact presse : Jean-François SCHNEIDER
Téléphone : 06 75 66 40 65
Mail : sgudcftc63@orange.fr
                                                                                     

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 3 avril 2013

La CFTC représentative avec une audience de 9,3%

La Fédération CFTC Métallurgie représentative pendant 4 ans, n’en déplaise à Dominique Gillier, Secrétaire général de la CFDT Mines et Métallurgie

Le Haut Conseil du Dialogue Social (HCDS) s'est réuni le 29 mars 2013 pour annoncer l'audience de chaque syndicat au niveau national et par branche à partir des résultats des élections professionnelles.
Avec une audience de 9,3 %, la CFTC est représentative et pourra  « prendre part aux négociations interprofessionnelles et par conséquent participer au dialogue social national, durant les quatre prochaines années ». 

Dans le tableau des scores par branche publié le 29 mars 2013 par le ministère du Travail, figurent les résultats dans la Métallurgie : ceux des 76 conventions collectives territoriales des salariés non-cadre, et  également de la  convention collective non-cadre de la sidérurgie et de la convention collective nationale des ingénieurs et cadres de la Métallurgie (en tout plus de 740 000 voix exprimées).

Au vu de ces résultats, la CFTC n’atteindrait pas les 8% dans la branche de la Métallurgie, et se situerait entre 7,2 et 7,3% des voix.

N’en déplaise à Monsieur Gillier, Secrétaire Général de la CFDT Mines et Métallurgie, la CFTC Métallurgie sera « présumée représentative »  puisque selon les nouvelles règles de représentativité « pendant quatre ans à compter de la première détermination des organisations syndicales de salariés reconnues représentatives au niveau des branches en application de l’article L.2122-5 du code du travail, toute organisation syndicale affiliée à l’une des organisations syndicales de salariés reconnues représentatives au niveau national et interprofessionnel est présumée représentative au niveau de la branche » (loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale, Article 11 du chapitre VII).

A noter également les bons résultats de la CFTC dans deux branches où la Fédération CFTC des syndicats de la métallurgie et parties similaires négocie les conventions collectives :

  • La branche des services de l’automobile où la CFTC est représentative avec 9,72% des voix.
  • La branche Bijouterie-Joaillerie-Orfèvrerie où La CFTC est représentative avec 16,67% des voix.

Contact presse : Véronique Lafon-Rémont : 01 43 65 56 95 - 06 12 43 35 96

 


 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 20 décembre 2012

 

La CFTC signe la Charte automobile 2012-2015

Pour Joseph Crespo, président de la Fédération CFTC Métallurgie, « la filière de l’automobile, qui concerne 800 000 emplois,  est actuellement touchée de plein fouet. Depuis 10 ans, l’emploi  dans l’industrie automobile a reculé de 30%, et les événements actuels ne sont pas de nature à nous rassurer. La Charte s’inscrit dans les orientations fixées par le gouvernement pour soutenir cette filière. Toute action qui s’inscrit dans le soutien de l’emploi aura l’appui de la CFTC. C’est la raison pour laquelle nous signons cette charte pour les années 2012-2015. »

La charte nationale de coopération pour le soutien et l’accompagnement des entreprises du secteur automobile et de leurs salariés a été signée le 20 décembre par le ministre du Travail, et le ministre délégué à la formation professionnelle, ainsi que par l’ensemble de la filière automobile.

Elle vise d’une part « à mieux anticiper les compétences de demain pour former les salariés d’aujourd’hui », et d’autre part à « donner un temps d’avance à nos entreprises en vue de soutenir l’emploi et l’activité ».

Parmi les actions retenues : accompagner les PME dans leur démarche GPEC, soutenir le développement des compétences des salariés, permettre la construction de passerelles professionnelles au sein de la filière ou à l’extérieur, ou encore maintenir les seniors dans l’emploi par le développement du tutorat.

Les entreprises de moins de 250 salariés seront prioritaires, car « particulièrement exposées aux évolutions du secteur ».  Le financement est de 60 millions sur trois ans, dont un tiers sera apporté par l’Etat.
 
 
Contact presse : Véronique Lafon-Rémont
Téléphone :06 12 43 35 96
 
 
 
 

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 31 octobre 2012

           

Dès 2008, Joseph Crespo prônait l’apprentissage à 14 ans

Hier, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, répondait à cette question d’un lecteur du Parisien : « Souvent les enfants entre 14 et 16 ans sont en situation d’échec. Ne faut-il pas avancer l’âge du travail en alternance, de l’apprentissage… ? ». « Pourquoi pas ? a répondu le Premier ministre. Il faut plus de fluidité entre l’Education nationale et l’entreprise. Ce n’est pas un sujet tabou ».

Joseph Crespo, président de la Fédération CFTC de la métallurgie, demande au Premier ministre de mettre en œuvre cette mesure qu’il juge indispensable pour les jeunes.

En 2008 déjà, dans le cadre du programme qu’il avait présenté pour le Congrès confédéral de la CFTC, Joseph Crespo prônait l’apprentissage dès 14 ans.

Pour la Fédération CFTC de la Métallurgie, l’emploi des jeunes est une priorité. En juin dernier, lors de son Congrès, elle a demandé la création de contrats de quatre ans pour les apprentis, pendant lesquels le jeune se formera en alternance, suivi par un tuteur, salarié senior. L’Etat pourrait prendre en charge 90% du coût de l’apprentissage, 10% restant à la charge de l’entreprise.

Objectif pour le jeune : découvrir l’ensemble des métiers de l’entreprise afin d’être ensuite en capacité de faire un choix, en cohérence avec les besoins de l’employeur.

Engagement pour l’entreprise : embaucher le jeune à l’issue de ces quatre années s’il obtient le diplôme d’Etat (équivalent d’un CAP ou BEP, voire Bac Pro)

A 19 ans, le jeune aura ainsi trouvé sa place dans l’entreprise. Chacun sera gagnant :
  • L’employeur par les compétences acquises répondant aux besoins,
  • Le jeune qui obtiendra un emploi à la fin de sa formation,
  • Et le senior qui trouvera ainsi un nouveau débouché professionnel.

    Pour Joseph Crespo : « Si nous nous engageons dans cette voie, il y aura des créations d’emplois, et des emplois compétitifs : un jeune de 19 ans, avec 4 ans d’apprentissage derrière lui, est très rentable quand il rentre dans l’entreprise ».

« L’argent du contribuable servira vraiment à quelque chose ; d’une part l’argent de la formation sera bien placé, et d’autre part en créant des emplois, on diminuera les budgets consacrés à l’insertion des jeunes qui quittent le milieu scolaire sans diplômes ».

« La balle est aussi dans le camp de l’Education nationale et du patronat ! »

Contact presse : Véronique Lafon-Rémont
Téléphone : 06 12 43 35 96

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 14 septembre 2012


Discussions
en vue d'un rapprochement
EADS et  BAE  :
la CFTC
se positionne en partenaire social
 
La nouvelle d’un possible rapprochement entre EADS et BAE est tombée le 12 septembre. Le syndicat CFTC a remarqué la prudence et l’abondance de la communication du groupe aéronautique européen : rien n’est fait, les règles de communications au royaume uni (UK) sont très strictes ; cependant, de nombreux attendus de ce rapprochement entre l’entreprise britannique et le géant européen EADS ont été donnés, tant aux médias qu’aux employés.

Aux employés du Groupe
Aéronautique et de défense, et aux partenaires sociaux, dont la CFTC qui est représentative dans EADS, des consignes fortes sur la communication ont été données. Le Groupe se désolidarisant de toute information qui sortirait des limites de l’épure qu’il a définie.
Pour le syndicat CFTC, le rapprochement envisagé a pour but de faire en croissance externe ce que les marchés d’Etat ne peuvent plus faire en croissance interne (vision 2020 du rééquilibrage civil/militaire). La CFTC estime que nous ne sommes qu’au début de grandes manœuvres de réorganisation du groupe EADS (qui détiendrait ainsi la majorité de MBDA, filiale de EADS, BAE et Finnmeccanica) : le cas de CASSIDIAN, où la CFTC est très présente, sera de nouveau mis sur le devant de la scène après le récent report de décision sur la partie française.
ASTRIUM, la filiale spatiale de EADS, sera également impactée dans ses métiers "systèmes complexes" et "services" par exemple.
 
Le syndicat CFTC s’interroge sur les possibles impacts en termes de charges, d’emplois, de métiers et de statut social que ces grandes manœuvres vont occasionner mais y voit un renforcement possible du groupe EADS : la CFTC se positionne en partenaire social de l’évolution normale et rapide de EADS impulsée par Tom Enders, successeur de Louis Gallois.
 
Joseph Crespo
Président de la Fédération CFTC Métallurgie
                                                                                                              
Hervé Bry
Coordinateur CFTC EADS
 
Contact presse : Véronique Lafon-Rémont
Téléphone : 01 43 65 56 95
 
 
 
 

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 24 février 2012

 
UIMM : constat d'échec sur la pénibilité
 

L’ultime réunion de négociation s’est tenue mercredi 22 février.

La Fédération CFTC de la Métallurgie a tenté jusqu’au bout de faire modifier le texte proposé en y incluant un compte épargne temps de Branche dédié à la pénibilité, ainsi qu’un taux d’abondement minimum de 25% de la part des employeurs, comme le Conseil Fédéral en avait donné mandat.

La délégation UIMM n’a pas apporté une réponse positive à cette demande.

En conséquence, la délégation CFTC, trouvant cette proposition d’accord déséquilibrée car portant l’essentiel du texte sur le volet prévention, reconnaissant au passage des propositions non dénuées d’intérêts sur ce seul aspect, a émis un avis négatif, comme d’ailleurs la totalité des organisations syndicales de salariés.

La Fédération CFTC de la Métallurgie regrette vivement ce rendez vous manqué, comme l’avait été celui au niveau de l’inter-pro.

La réparation de la pénibilité devra recevoir une réponse positive rapidement car avec le recul de l’âge du départ en retraite, il est illusoire de penser que les salariés exposés puissent continuer une activité dite pénible jusqu'à son terme, sans conséquence dramatique sur leur santé.
 
La délégation CFTC trouvait le verre à moitié vide. La délégation patronale le trouvait à moitié plein. En tout état de cause, pour les salariés exposés, le BON COMPTE N’Y ETAIT PAS.
 
Contact presse : Véronique Lafon-Rémont
Téléphone : 01 43 65 56 95


 Communiqué de presse du 6 juillet 2011

La CFTC a signé l’accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans la métallurgie

Lire l'article ]   

 Communiqué de presse du 23 décembre 2010

La CFTC a signé l'accord salarial minima ingénieurs et cadres

et le point de vue de la CFTC concernant l'agenda social 2011

Lire l'article ]   

 Communiqué de presse du 13 juillet 2010

La Fédération CFTC de la Métallurgie a signé l’avenant relatif à des mesures urgentes en faveur de l’emploi dans la Métallurgie

Lire l'article ]   

 Communiqué de presse du 5 juillet 2010

Représentativité : la question prioritaire de constitutionnalité
à l’ordre du jour pour la CFTC Métallurgie

Lire l'article ]   

 Communiqué de presse du 23 juin 2010

Modernisation du marché du travail :
la Fédération CFTC de la Métallurgie signe les avenants sur la mensualisation et les ingénieurs et cadres.

Lire l'article ]   

 Communiqué de presse du 2 juin 2010

La Fédération CFTC Métallurgie choquée et inquiète de la peine requise contre un ancien directeur du programme Concorde.

Lire l'article ]   

 Communiqué de presse du 25 mai 2010

La Fédération CFTC Métallurgie
adresse aux Parlementaires
une lettre ouverte sur les retraites

Lire l'article ]   

 Communiqué de presse du 12 avril 2010

La Fédération CFTC Métallurgie lance son nouveau site Internet

Lire l'article ]   

 Communiqué de presse du 15 mars 2010

Face au comportement de la CFE/CGC,
la Fédération CFTC Métallurgie prend acte de la fin du partenariat qui les liait

Lire l'article ]