Au fil des jours


La Semaine de l'industrie du 26 mars au 1er avril

01-02-2018 : 11h59


L'apprenti, un salarié à part entière

27-06-2017 : 16h58


La branche de la métallurgie en France

31-01-2018 : 17h38


Les partenaires de la CFTC Métallurgie

07-03-2016 : 15h46


Humanis

03-11-2016 : 10h43

En savoir plus sur le site du ministère du travailToutes les données à jour sur le site de l'Observatoire de la métallurgieNotice d'information pour les adhérents et leurs conjoints

Partager :

Share |

Rendez-vous & Agenda du président et du secretaire général

Chat Réunions Assemblées



Rechercher   
 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 20 décembre 2012

 

La CFTC signe la Charte automobile 2012-2015

Pour Joseph Crespo, président de la Fédération CFTC Métallurgie, « la filière de l’automobile, qui concerne 800 000 emplois,  est actuellement touchée de plein fouet. Depuis 10 ans, l’emploi  dans l’industrie automobile a reculé de 30%, et les événements actuels ne sont pas de nature à nous rassurer. La Charte s’inscrit dans les orientations fixées par le gouvernement pour soutenir cette filière. Toute action qui s’inscrit dans le soutien de l’emploi aura l’appui de la CFTC. C’est la raison pour laquelle nous signons cette charte pour les années 2012-2015. »

La charte nationale de coopération pour le soutien et l’accompagnement des entreprises du secteur automobile et de leurs salariés a été signée le 20 décembre par le ministre du Travail, et le ministre délégué à la formation professionnelle, ainsi que par l’ensemble de la filière automobile.

Elle vise d’une part « à mieux anticiper les compétences de demain pour former les salariés d’aujourd’hui », et d’autre part à « donner un temps d’avance à nos entreprises en vue de soutenir l’emploi et l’activité ».

Parmi les actions retenues : accompagner les PME dans leur démarche GPEC, soutenir le développement des compétences des salariés, permettre la construction de passerelles professionnelles au sein de la filière ou à l’extérieur, ou encore maintenir les seniors dans l’emploi par le développement du tutorat.

Les entreprises de moins de 250 salariés seront prioritaires, car « particulièrement exposées aux évolutions du secteur ».  Le financement est de 60 millions sur trois ans, dont un tiers sera apporté par l’Etat.
 
 
Contact presse : Véronique Lafon-Rémont
Téléphone :06 12 43 35 96