Au fil des jours


Carton plein pour la CFTC chez TET Industrie (Moselle)

18-02-2015 : 16h54


La CFTC Sagem à Dijon

17-02-2015 : 14h55


Ricoh France : des nouvelles du plan social de 2013

11-02-2015 : 15h21


Humanis

17-12-2014 : 14h05

31% des voix et une belle progression Notice d'information pour les adhérents et leurs conjoints

Partager :

Share |

Rendez-vous & Agenda du président et du secretaire général

Chat Réunions Assemblées

Accés presse

Peugeot Scooters : la CFTC signe l'accord de redynamisation industrielle et sociale

Airbus Group : négociation ouverte sur l'augmentation du temps de travail des cadres

Revue de presse de la CFTC Métallurgie
Lire les articles parus dans la presse sur l'actualité sociale et industrielle : actualité dans les entreprises, emploi, salaires ...

JTEKT (Côte d'Or) : la CFTC recueille 40% des voix au CE

PSA Tremery (Moselle) : la CFTC a su évoluer dans l'intérêt des salariés
Elle a remporté près de 13% des voix aux dernières élections

Valeo Systèmes thermiques : la CFTC recueille près de 19% des voix

L'économie est d'abord une aventure humaine
Télécharger le Libre blanc de la CFTC Métallurgie

Heli Magazine est en ligne
Avec la CFTC, informez-vous sur l'actualité chez Airbus Helicopters

Airbus Defense & Space
La Lettre de la CFTC est en ligne

Accord national du 27 janvier 2015 - Ingénieurs et cadres

Salariés des services de l'automobile, évaluez vos compétences gratuitement

Agenda social des services de l'automobile

Kapsch Carriercom (78) : 75% des voix pour la CFTC

Le DG de Mahindra 2 roues rencontre les syndicats de Peugeot Scooters

OPCA : Questions-réponses sur leur agrément, leurs missions et leur fonctionnement

MBK Industrie (Saint-Quentin) : la CFTC devient la deuxième organisation syndicale

Humanis : notice d'information pour les adhérents et leurs conjoints
Des documents peuvent être téléchargés

L'attachement des Français au Made in France
Une enquête du CREDOC

Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie

Les métiers en tension selon l'Observatoire paritaire de la métallurgie

Un site Internet consacré aux élections professionnelles
Les résultats des élections professionnelles accessibles aux internautes



Rechercher   
 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Jours fériés

La liste des jours fériés légaux est fixée par l’article L. 222-1 du Code du travail.
On en compte actuellement onze :
le 1er janvier, le lundi de Pâques, le 1er mai, le 8 mai, l’Ascension, le lundi de Pentecôte, le 14 juillet, l'Assomption, la Toussaint, le 11 novembre, le 25 décembre.Il faut ajouter à ces jours fériés certaines fêtes locales ou professionnelles comme la Sainte Barbe pour les mineurs, ou le 26 décembre en Alsace et en Moselle.
1er mai
Le 1er mai est le seul jour obligatoirement chômé et payé intégralement sans condition de présence la veille ou le lendemain. Lorsqu'un salarié travaille le 1er mai, son salaire doit être doublé.
Si le 1er mai tombe un samedi ou un dimanche, il est payé à tous les salariés qui sont mensualisés ou qui bénéficient d'une convention ou d'un accord collectif le prévoyant.
Jour férié chômé
Le chômage des autres jours fériés dépend des usages et des conventions.
Journée de solidarité
La journée de solidarité instaure une journée de travail supplémentaire pour les salariés.
Les modalités d'accomplissement de cette journée sont fixées par un accord d'entreprise ou d'établissement ou, à défaut, par un accord de branche, qui peut prévoir :
soit le travail d'un jour férié précédemment chômé autre que le 1er mai,soit le travail d'un jour de repos accordé par accord collectif,soit toute autre modalité permettant le travail de 7 heures précédemment non travaillées en application de dispositions conventionnelles ou des modalités d'organisation des entreprises.A défaut d'accord collectif, les modalités d'accomplissement de la journée de solidarité sont définies par l'employeur, après consultation du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel s'ils existent.
Rémunération et récupération
Jour férié chômé et rémunération
Lorsque le jour férié est chômé, les salariés ne bénéficiant pas de l'accord de mensualisation n'ont droit à aucune rémunération, sauf disposition contraire de la convention collective ou du contrat de travail.
Les salariés mensualisés ne subissent aucune réduction de leur rémunération à condition qu'ils totalisent au moins 3 mois d'ancienneté dans l'entreprise et qu'ils aient accompli au moins 200 heures de travail au cours des 2 mois précédents.
Ils doivent en outre avoir été présents le dernier jour de travail précédant le jour férié et le premier jour de travail qui lui succède.
Jour férié travaillé et récupération
Les heures de travail perdues ne peuvent donner lieu à récupération.
Lorsque le jour férié est travaillé, les salariés ne bénéficient d'aucune majoration, quel que soit leur statut.
Toutefois, de nombreuses conventions collectives prévoient la majoration, parfois à 100 %, du temps de travail effectué un jour férié.
Salariés de moins de 18 ans
Les salariés de moins de 18 ans ou apprentis ne peuvent travailler les jours fériés légaux.
Toutefois, ils peuvent travailler dans certains secteurs pour lesquels les caractéristiques particulières de l'activité le justifient, parmi lesquels notamment :
l'hôtellerie, la restauration,les cafés, tabacs et débits de boisson,la boulangerie, la pâtisserie, la boucherie, la charcuterie, la fromagerie-crèmerie, la poissonnerie,les spectacles. Ponts
Il s'agit d'un ou deux jours ouvrables pris entre un jour férié et une journée de repos hebdomadaire ou le jour précédant les congés annuels.
L'employeur n'est pas tenu de donner le pont, même si la majorité du personnel en fait la demande. S'il décide de le faire, il doit consulter le comité d'entreprise, avertir l'inspection du travail et afficher la date du jour prévu.
Le paiement de la journée de pont n'est pas obligatoire, sauf s'il résulte de la convention collective ou d'un usage dans la profession ou dans l'entreprise.
Qu'ils soient payés ou non, les ponts sont récupérables.
La récupération consiste à effectuer un autre jour les heures de travail perdues, dans les 12 mois précédant ou suivant leur perte.
Les heures de récupération ne font pas l'objet d'une majoration de salaire.
 

Jours Fériés

La liste des jours fériés légaux est fixée par l’article L. 222-1 du Code du travail.
On en compte actuellement onze :

  • le 1er janvier,
  • le lundi de Pâques,
  • le 1er mai,
  • le 8 mai,
  • l’ Ascension,
  • le lundi de Pentecôte,
  • le 14 juillet,
  • l' Assomption,
  • la Toussaint,
  • le 11 novembre,
  • le 25 décembre.

Il faut ajouter à ces jours fériés certaines fêtes locales ou professionnelles comme la Sainte Barbe pour les mineurs, ou le 26 décembre en Alsace et en Moselle.

1er mai

Le 1er mai est le seul jour obligatoirement chômé et payé intégralement sans condition de présence la veille ou le lendemain. Lorsqu'un salarié travaille le 1er mai, son salaire doit être doublé.

Si le 1er mai tombe un samedi ou un dimanche, il est payé à tous les salariés qui sont mensualisés ou qui bénéficient d'une convention ou d'un accord collectif le prévoyant.

Jour férié chômé

Le chômage des autres jours fériés dépend des usages et des conventions.

Journée de solidarité

La journée de solidarité instaure une journée de travail supplémentaire pour les salariés.

Les modalités d'accomplissement de cette journée sont fixées par un accord d'entreprise ou d'établissement ou, à défaut, par un accord de branche, qui peut prévoir : 

  • soit le travail d'un jour férié précédemment chômé autre que le 1er mai,
  • soit le travail d'un jour de repos accordé par accord collectif,
  • soit toute autre modalité permettant le travail de 7 heures précédemment non travaillées en application de dispositions conventionnelles ou des modalités d'organisation des entreprises.

A défaut d'accord collectif, les modalités d'accomplissement de la journée de solidarité sont définies par l'employeur, après consultation du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel s'ils existent.

Rémunération et récupération

Jour férié chômé et rémunération

Lorsque le jour férié est chômé, les salariés ne bénéficiant pas de l'accord de mensualisation n'ont droit à aucune rémunération, sauf disposition contraire de la convention collective ou du contrat de travail.

Les salariés mensualisés ne subissent aucune réduction de leur rémunération à condition qu'ils totalisent au moins 3 mois d'ancienneté dans l'entreprise et qu'ils aient accompli au moins 200 heures de travail au cours des 2 mois précédents.

Ils doivent en outre avoir été présents le dernier jour de travail précédant le jour férié et le premier jour de travail qui lui succède.

Jour férié travaillé et récupération

Les heures de travail perdues ne peuvent donner lieu à récupération.

Lorsque le jour férié est travaillé, les salariés ne bénéficient d'aucune majoration, quel que soit leur statut.

Toutefois, de nombreuses conventions collectives prévoient la majoration, parfois à 100 %, du temps de travail effectué un jour férié.

Salariés de moins de 18 ans

Les salariés de moins de 18 ans ou apprentis ne peuvent travailler les jours fériés légaux.

Toutefois, ils peuvent travailler dans certains secteurs pour lesquels les caractéristiques particulières de l'activité le justifient, parmi lesquels notamment :

  • l'hôtellerie, la restauration,
  • les cafés, tabacs et débits de boisson,
  • la boulangerie, la pâtisserie, la boucherie, la charcuterie, la fromagerie-crèmerie, la poissonnerie,
  • les spectacles.

Ponts

Il s'agit d'un ou deux jours ouvrables pris entre un jour férié et une journée de repos hebdomadaire ou le jour précédant les congés annuels.

L'employeur n'est pas tenu de donner le pont, même si la majorité du personnel en fait la demande. S'il décide de le faire, il doit consulter le comité d'entreprise, avertir l'inspection du travail et afficher la date du jour prévu.

Le paiement de la journée de pont n'est pas obligatoire, sauf s'il résulte de la convention collective ou d'un usage dans la profession ou dans l'entreprise.

Qu'ils soient payés ou non, les ponts sont récupérables.

La récupération consiste à effectuer un autre jour les heures de travail perdues, dans les 12 mois précédant ou suivant leur perte.

Les heures de récupération ne font pas l'objet d'une majoration de salaire.