Au fil du jours


Les partenaires de la CFTC Métallurgie

07-03-2016 : 15h46


Humanis

03-11-2016 : 10h43

Notice d'information pour les adhérents et leurs conjoints

Partager :

Share |

Rendez-vous & Agenda du président et du secretaire général

Chat Réunions Assemblées



Rechercher   

 


 THALES
Excellents résultats
dans 4 filiales du Groupe
 
  
 
 

 
 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué de presse du 7 avril 2017

 
 
Vincennes, le 7 avril 2017
 
 
 
 
En ce qui concerne la Fédération CFTC de la métallurgie, sur les 6 branches auxquelles nous sommes rattachés, nous sommes représentatifs dans 4.

Chez les ingénieurs et cadres de la métallurgie qui concernent 349 434 personnes, nous sommes représentatifs avec 8,29% des voix.

Dans les services de l’automobile qui concernent 252 039 personnes, nous sommes représentatifs avec 9,53% des voix.

Dans le machinisme agricole qui concerne 26 476 personnes, nous sommes représentatifs avec 10,95% des voix.

Enfin dans la bijouterie-joaillerie-orfèvrerie, qui concerne 8643 personnes, nous sommes représentatifs avec 15,10% des voix.

Au titre de ces 636 592 personnes, nous sommes représentatifs et nous entendons représenter les salariés aux tables des négociations.
 

Contact : Véronique Lafon-Rémont - 01 43 65 56 95 et 06 73 00 59 09


 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Qu’en pensent les femmes ?


 
Mars 2017

Dans la perspective de la  création d’une « commission femmes » au niveau fédéral, Maya Besnardeau * souhaiterait avoir l’avis de femmes travaillant dans la métallurgie ou les services de l'automobile sur les questions suivantes :

  • Que pensez-vous de la loi sur la parité femmes/hommes au niveau des élections professionnelles ?
  • Comment peut-on concilier vie privée/vie professionnelle ?
  • Que pensez-vous de la loi récente qui rallonge les délais d’interdiction de licenciement pour une femme qui revient d’un congé maternité ?
  • Quels moyens pourraient être mis en place  pour rendre plus attractif le « monde » syndical auprès des femmes ?
  • Quels sujets concernant les femmes souhaiteriez-vous voir abordés ?
Ecrire à Maya à l’adresse suivante : mayacftc@gmail.com
 
N'oubliez pas de lui laisser vos coordonnées 
 
Maya Besnardeau est conseillère fédérale CFTC Métallurgie


 
 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Dans l’automobile, quelle place pour les femmes ?


 Mars 2017 
 
 
 
 
Maya Besnardeau, vous êtes conseillère fédérale depuis le Congrès de Marseille et par ailleurs DSC chez Norauto, le spécialiste de l’entretien et de l’équipement de la voiture. Comment voyez-vous la place des femmes aujourd’hui dans les services de l’automobile et la métallurgie ?

Les choses ont certes évolué mais elles restent encore éloignées de ce qu’il faudrait. En effet, ce métier est un métier à forte population masculine mais on sent que les choses changent, les filles se forment au métier de l’automobile et à court terme nous espérons en voir encore plus intégrer ce secteur d’activité. Malgré cela, les employeurs qui voient arriver une candidate féminine, notamment dans les métiers de l’atelier, hésitent lourdement avant de l’embaucher. La discrimination à l’embauche existe encore dans nos métiers par rapport aux femmes.

Dans votre entreprise, Norauto, les représentantes syndicales sont-elles aussi nombreuses que les représentants syndicaux  et voyez-vous des différences dans la manière d’aborder les dossiers et les négociations ?

Il est certain que depuis la création de sections syndicales dans notre entreprise, les délégués syndicaux masculins y sont en place depuis le début. Mais cette année, pour diverses raisons, 2 femmes déléguées syndicales ont remplacé 2 hommes « sortants ». La parité est en marche ! Je ne suis pas inquiète car je pense que les femmes sont plus courageuses et plus volontaires pour se former et à court terme nous verrons une féminisation des représentants du personnel. Ce que je constate dans mon entreprise, c’est qu’il y a de plus en plus de femmes dans les réunions de négociation. Elles sont présentes dans les centres, à l’écoute des salariés, et elles veulent faire remonter les attentes.

Comment préparez-vous dans votre entreprise l’arrivée de la parité femmes-hommes qui figure dans la Loi Rebsamen et doit s’appliquer à partir du 1er janvier 2017 ?

Avec la plus grande joie, il est évident que notre syndicat CFTC va communiquer en direction des salariés  de manière intensive. De façon à ce que tous les salariés prennent conscience qu’il existe désormais une parité et qu’elle doit être respectée. Certains hommes auront peut être du mal à laisser leur place sur la liste mais avec un peu de discussion, les choses se feront naturellement.
 
 
 

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Le procès d’intention fait par la CGT sur les négociations nationales de Branche

14 février 2017
 

Le vendredi 3 février dernier, la CGT a décidé de quitter les négociations nationales de la branche.

La CGT est libre de ses choix, mais elle ne saurait faire un procès d’intention aux négociateurs qui poursuivent un processus qui exige des efforts considérables sur la durée.

Il est trop aisé d’invoquer de l’extérieur la « remise en cause de nos classifications », de parler de « parodie de négociation » ou de « régression sociale ».

Aussi convient-il de rappeler quelques principes sur cette négociation, de manière à relativiser la vision étriquée présentée par la CGT.

Premièrement, les négociations engagées au niveau national ont en particulier pour objectif de définir un socle commun de règles conventionnelles minimales ayant vocation à s’appliquer à tous les salariés de la métallurgie. En outre pour la CFTC il ne s’agit pas de vider de sa substance le dispositif conventionnel de la métallurgie mais de le moderniser et de l’améliorer.

Deuxièmementles négociations qui peuvent être menées au niveau national et au niveau territorial sont et demeurent autonomes les unes par rapport aux autres. La négociation du dispositif national n’implique pas qu’il faille déclencher  des négociations territoriales. Les partenaires sociaux des conventions départementales, dont les organisations syndicales, demeurent libres de leurs négociations. 
 


 
 
CFTC : Nous sommes syndicalistes et constructifs 
 

27 septembre 2016
 
La CFTC Métallurgie est signataire de l'accord national relatif à l'emploi dans la métallurgie.
 
Lire ici le communiqué de l'UIMM
 
 

La Fédération CFTC de la métallurgie tient à rappeler que l'article 1 de ses statuts précise qu'elle est indépendante de tout groupement extérieur politique ou religieux.

Très attachée à la liberté de pensée, elle ne peut s'opposer à ce que chacun de ses membres puisse se positionner à titre PERSONNEL
Dans de tels cas, il ne doit jamais en revanche être possible de lier cette position à la CFTC.
 
 
 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Alstom Belfort : La CFTC à la manifestation du 15 septembre


14 septembre 2016 
 
Voici le communiqué du Syndicat de la Métallurgie du Territoire de Belfort sur l’avenir du site Alstom Transport de Belfort

Le syndicat de la Métallurgie CFTC du Territoire de Belfort appelle tous les salariés à se joindre à la manifestation prévue jeudi 15 septembre à 10h à la Maison du Peuple de Belfort pour exprimer leur refus du plan de quasi-fermeture du site Alstom Transport de Belfort. 
La CFTC exige l’annulation de l’annonce de quasi-fermeture du site. Nous demandons l’ouverture immédiate d’une concertation direction-syndicats-pouvoirs publics locaux et nationaux pour pérenniser l’activité ferroviaire du site, incluant la conception et la fabrication de locomotives et motrices TGV, dont le TGV du futur prévu pour 2020. 
Les compétences des salariés sont reconnues par la direction elle-même puisqu’elle parle de les transférer sur d’autres sites. Le creux de charge entre 2018 et 2020 ne doit pas être un prétexte pour mettre fin à une activité qui fait vivre des centaines de familles dans le Territoire. 
La CFTC est disponible pour participer à toute action appropriée en coordination avec les autres organisations syndicales. Nous demandons que les pouvoirs publics nationaux et régionaux revoient leur politique transport pour privilégier le ferroviaire et fournir une base pour la croissance de ce fleuron de notre industrie nationale. 
L’heure est grave, aucun habitant du Territoire n’en sortirait indemne : salariés d’Alstom, sous-traitants, commerçants, familles, etc. Le moment est venu pour une mobilisation dans la durée de tous les Terrifortains, tous partis, métiers et syndicats confondus, pour pérenniser l’avenir de notre région et celui de nos enfants. Pour la CFTC la personne humaine compte plus que le résultat net prévisionnel, surtout dans des entreprises florissantes comme Alstom.
 

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Joseph Crespo : « Il faut inventer un nouveau mode de relations sociales »

 
Avril 2016
 
Entretien avec Joseph Crespo,
président de la Fédération CFTC Métallurgie
 
 

L’actualité sociale est dominée par le projet de réforme du droit du travail que veut faire voter le gouvernement. De nombreuses voix syndicales s’élèvent contre ce projet et contestent les transformations envisagées, par exemple le plafonnement des indemnités prud'homales, l'encadrement des licenciements économiques etc. Que pensez-vous de ce projet de loi et de ces réactions ?

Joseph Crespo : ce qu’il faut avant tout, c’est remettre les choses dans l’ordre. Un projet de loi implique la consultation des syndicats. Je renvoie tout le monde au doctionnaire Larousse : « Consulter : demander à quelqu'un son avis, son conseil, chercher des renseignements auprès de lui ; interroger. ». Autrement dit : «je te vois, et ensuite tu te retires, je n’ai plus besoin de toi ». C’est notre rôle à nous, syndicats, dans tout ce qui a trait aux relations sociales et au bien des salariés.

Venons-en au projet de loi. Celle-ci est votée par les députés. Nous syndicats devons avoir une seule chose en tête : faire travailler nos juristes et faire appel à notre expérience de syndicalistes, afin d’apporter clés en mains aux députés et sénateurs les modifications qu’ils pourraient faire au Parlement, car ce sont eux qui votent. la loi. Si les députés tiennent compte des modifications proposées, cette loi peut être transformée et améliorée. Donc arrêtons de tromper les gens.

Une fois que la loi est votée, si elle ne convient toujours pas, il est encore possible d’aller dans la rue et de faire pression pour qu’elle soit retirée. Quant au président de la République, il peut de son côté soumettre au référendum le projet de loi ou éventuellement dissoudre l’Assemblée nationale. Il y en a des solutions, à chacun son métier !
 

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Communiqué du 10 mars 2016

 
Cher(e) amie(e)s,
 
La Fédération CFTC Métallurgie appelle l'ensemble de ses adhérents et sympathisants à se joindre le samedi 12 mars 2016 aux différentes mobilisations initiées par les organisations syndicales réformistes (CFTC, CFE/CGC, CFDT, UNSA et FAGE) , dans tout l'hexagone et les départements d'Outre-mer, afin de faire pression sur le gouvernement.
 
A lire et télécharger : nos principales revendications concernant le projet de loi sur la réforme du Code du travail
 
 
 
 
 
 
 

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Projet de loi Travail : les premières propositions d'amendement de la CFTC

 
1er mars 2016
 
La CFTC accueille favorablement le report, du 9 au 24 mars, de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi sur le travail. Ce report répond à son souhait d'être davantage entendue sur ses propositions en vue de rééquilibrer le texte actuel.
 
D'ici là, elle participera à la réunion intersyndicale du jeudi 3 mars au matin, réunion consacrée exclusivement au contenu du projet de loi sur le travail. Dans ce cadre, elle partagera ses propositions en vue d'obtenir un socle commun défendu par le plus grand nombre d'organisations syndicales. Parmi ces propositions :

  • Le retrait des mesures relatives aux indemnités prud'homales accordées aux salariés victimes d'un licenciement abusif. En l'état, de telles mesures conduiraient à dévaloriser le CDI et le rendre plus précaire que le CDD ;
  • La correction des mesures supplétives qui ne sont pas à droit constant (astreintes, travail effectif...) ;
  • Le retrait des mesures supplétives fixées unilatéralement par l'employeur ;
  • La branche doit pouvoir, par la négociation, fixer les possibilités de dérogation en entreprise tout en précisant les limites à ces dérogations. En cela, c'est l'accord de branche qui définit le « supplétif »
  • Licenciement économique : maintenir l'état du droit et de la jurisprudence actuels. L'entreprise fait partie du groupe. Les difficultés économiques comme les solutions de reclassement doivent être appréciées à l'échelle du groupe qu'il soit national ou international;
  • L'accord d'entreprise n'est possible qu'à travers la section syndicale et à défaut via le mandatement par une OS représentative au niveau national;
  • La CFTC souhaite que les articles concernant la médecine du travail et plus particulièrement les licenciements et le reclassement pour inaptitude soient revus. Elle revendique notamment l'abandon du projet de création d'une présomption de respect de l'obligation de reclassement dans les cas où l'employeur ne propose qu'une solution de reclassement.
Enfin, concernant la rencontre intersyndicale du jeudi 3 mars après-midi, dont l'objet visera à décider des modalités d'« une mobilisation, fin mars, au regard du contexte que cristallise la réforme du travail », la CFTC appréciera à l'issue de la réunion du matin si les conditions d'une participation sont réunies.
 
Lire ci-dessous le communiqué de presse de la CFTC Métallurgie
 
 

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Le nouveau dispositif sur le maintien de salaire dans le cadre du congé formation économique, sociale et syndicale

 
Octobre 2015
 
En résumé, que dit la loi ?
 
La loi sur le dialogue social du 17 août 2015 clarifie la prise en charge des pertes de salaire dans le cadre du CFESS et prévoit le maintien de tout ou partie de la rémunération sous certaines conditions (Nouvel article 3142-8 du Code du travail).
 
 => Dans l’idée : l’employeur est tenu dans un premier temps de maintenir la rémunération du salarié.  C’est ensuite à la structure CFTC organisatrice du stage (l’UR et la FD) de « rembourser » l’avance faite par l’entreprise.
 
Si ce n’est pas fait, l’entreprise est autorisée à faire une retenue de salaire du salarié en fin d’année « pour se rembourser ».
 
Condition préalable : L’organisation syndicale doit satisfaire aux critères de respect des valeurs républicaines et d'indépendance, être légalement constituée depuis au moins 2 ans ; avoir un champ professionnel et géographique couvrant celui de l'entreprise ou de l'établissement. 
C’est le cas pour la CFTC… jusqu’ici tout est simple…
 
 
NB :
vous trouverez sur la page adhérents de ce site (accessible aux adhérents en rentrant votre nom et votre code INARIC), le support Powerpoint présentant ce nouveau dispositif.

 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Humanis : notice d'information pour les adhérents et leurs conjoints

 
Depuis juin 2014
 
Les adhérents CFTC de la métallurgie peuvent, en rentrant leur nom et code d'accès INARIC, télécharger dans la rubrique adhérents la notice d'information prévoyance Humanis (assurance décès) : elle présente les garanties réservées aux membres adhérents de la Fédération CFTC de la métallurgie et à leurs conjoints.
 
A télécharger également dans cette rubrique : le bulletin individuel d'adhésion du conjoint, le mandat de prélèvement, et le document "désignation de bénéficiaires".