Au fil des jours


CFTC Airbus Nantes : savoir faire face

18-10-2017 : 14h56


L'apprenti, un salarié à part entière

27-06-2017 : 16h58


La branche de la métallurgie en France

27-06-2017 : 17h08


La revue de presse de la CFTC Métallurgie

27-06-2017 : 18h10


Les partenaires de la CFTC Métallurgie

07-03-2016 : 15h46


Humanis

03-11-2016 : 10h43

En savoir plus sur le site du ministère du travailToutes les données à jour sur le site de l'Observatoire de la métallurgieRestez à la page !Notice d'information pour les adhérents et leurs conjoints

Partager :

Share |

Rendez-vous & Agenda du président et du secretaire général

Chat Réunions Assemblées



Rechercher   
 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Horaire et répartition


Février 2012


-La durée hebdomadaire du travail s’inscrit, en principe, dans le cadre d’un horaire collectif, c’est-à-dire uniforme pour l’ensemble des salariés de l’établissement ou pour une partie d’entre eux seulement.

-L’employeur est autorisé à déroger à la règle de l’horaire collectif en instituant dans l’entreprise des horaires individualisés. L’institution d’horaires individualisés est subordonnée à la demande du personnel.

-La journée de travail comprend des périodes de travail effectif et des temps de pause et de repos obligatoires.

Temps de pause : Dès que le temps de travail quotidien atteint 6 heures, pauses non comprises, le salarié bénéficie d’un temps de pause d’une durée minimale de 20 minutes, sauf stipulations conventionnelles plus favorables (C. trav. art. L 3121-33).

Repos quotidien : Tout salarié bénéficie d'un repos quotidien d'une durée minimale de 11 heures consécutives (C. trav., art. L. 3131-1).

Ce repos quotidien vient s'ajouter aux heures de repos hebdomadaire (C. trav, art. L. 3132-2).

Il est possible de déroger aux règles du repos quotidien par convention ou accord collectif de travail étendu, ou par convention ou accord collectif d'entreprise ou d'établissement. (C. trav., art. L. 3131-2, al. 1er). A défaut de convention ou d'accord collectif, l'employeur peut être autorisé par l'inspecteur du travailà déroger à la durée minimale de repos quotidien en cas de travaux urgents en raison d'un accident ou d'une menace d'accident, ou de surcroît exceptionnel d'activité. (C. trav., art. L. 3131-2, al. 2).

-Amplitudes : On appelle amplitude de la journée de travail, le nombre d’heures comprises entre la prise de poste et sa fin et comprenant les heures consacrées aux pauses. L’amplitude journalière du travail ne peut dépasser 13 heures.