Au fil des jours


Qu’en pensent les femmes ?

08-03-2017 : 11h12


Les partenaires de la CFTC Métallurgie

07-03-2016 : 15h46


Humanis

03-11-2016 : 10h43

Maya Besnardeau, conseillère fédérale, demande aux femmes leur avisNotice d'information pour les adhérents et leurs conjoints

Partager :

Share |

Rendez-vous & Agenda du président et du secretaire général

Chat Réunions Assemblées

Accés presse

CFTC Saint-Gobain
La CFTC publie une newsletter juridique

NAO chez Ford Aquitaine industries
La CFTC a signé l'accord

Département du Var : signature d'un accord relatif à des mesures urgentes en faveur de l'emploi et de la formation professionnelle dans le secteur aéronautique

Les négociations salariales 2017 chez PSA

Revue de presse de la CFTC Métallurgie
Lire les articles parus dans la presse sur l'actualité sociale et industrielle : actualité dans les entreprises, emploi, salaires ...

Accords nationaux de la métallurgie
Lire l'accord national du 23 septembre 2016 relatif à l'emploi dans la métallurgie

Qu’en pensent les femmes ?
Maya Besnardeau, conseillère fédérale, demande aux femmes leur avis

Humanis : notice d'information pour les adhérents et leurs conjoints
Des documents peuvent être téléchargés

Les conseillers du salariés CFTC
Un rôle important pour les salariés des TPE qui ne bénéficient pas de syndicats

Loi travail : synthèse CFTC
Documents à télécharger

Rejoignez la CFTC Métallurgie sur Twitter

Un site Internet consacré aux élections professionnelles
Les résultats des élections professionnelles accessibles aux internautes



Rechercher   
 
Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Le contrat à durée déterminée


Dérogatoire au droit commun
, le CDD est un contrat provisoire par nature. Le CDD quel que soit son motif, ne peut avoir ni pour objet ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise (C. trav. art L 1242-1). Il ne peut être conclu que pour l’exécution d’une tâche précise et temporaire (sauf s’il est conclu dans le cadres des politiques de l’emploi) et seulement dans les cas de recours délimités par la loi (C. trav. L 1242-2).

Un de ces motifs doit nécessairement figurer dans le contrat conclu avec le salarié. A défaut, le contrat encourt la requalification en CDI. La mention écrite du motif est obligatoire et ne peut être compensée par la connaissance que le salarié peut avoir de ce motif ni même par sa réalité. En tout état de cause, le CDD ne peut être conclu que pour un seul motif.

  • Cas de recours au contrat à durée déterminée :

-Remplacement d’un salarié :

Le recours au CDD pour le remplacement d’un salarié est possible dans les cas suivants (C. trav. art. L1242-2,1°) :
  • remplacement d’un salarié absent, passé provisoirement à temps partiel ou dont le contrat de travail est suspendu,
  • remplacement d’un salarié dont le départ définitif précède la suppression de son poste de travail,
  • remplacement, d’un salarié recruté sous CDI dont l’entrée en fonction est différée.

-Variations d’activité :

Quatre motifs différents permettent de recourir au CDD pour répondre à une variation dans l’activité de l’entreprise :
  • accroissement temporaire d’activité,
  • nécessité d’effectuer des travaux liés à la sécurité,
  • réalisation d’une commande exceptionnelle à l’exportation,
  • réalisation d’une tâche ponctuelle et occasionnelle non liée à l’activité normale de l’entreprise.

-Travaux temporaires par nature :

Il est possible de recourir au CDD pour exécuter des travaux temporaires par nature lorsqu’il s’agit d’activités saisonnières ou d’emploi d’usage (C. trav. art. L1242-2, 3°). Il existe également un CDD spécifique aux travaux de vendanges.

- CDD de projet :

Le contrat à durée déterminée dont l’échéance est la réalisation d’un objet défini, plus communément appelé « contrat de projet »est institué à titre expérimental jusqu’au 25 juin 2013 (Loi n°2008-596,25 juin 2008). Il a pour échéance la réalisation d’un objet défini. Il peut être conclu pour le recrutement d’ingénieurs et de cadres, au sens des conventions collectives. Sa durée ne peut pas être ni inférieure à 18 mois ni supérieure à 36 mois. Il ne peut pas être renouvelé. Le recours à ce contrat est subordonné à la conclusion d’un accord de branche étendu ou, à défaut, d’un accord d’entreprise.

-Embauche dans le cadre des mesures pour l’emploi :
 
-Il existe deux cas de recours possibles. Une entreprise peut (C. trav. art. L 1242-3) :

-recourir au contrat unique d’insertion et au CDD sénior,

-conclure un CDD pour assurer un complément de formation professionnelle (C. trav. art. D1242-3).

  • Forme du contrat à durée déterminée :

 
La validité du contrat de travail à durée déterminée est également subordonnée au respect de conditions de forme.
 
Le CDD est obligatoirement établi par écrit (C. trav. art. L 1242-12, al 1er). A défaut d’écrit signé par les deux parties, il est réputé conclu à durée indéterminée.
Le CDD contient obligatoirement certaines mentions, telles que : la définition précise de son objet, le nom et la qualification de la personne remplacée, la date d’échéance du terme et, le cas échéant, les conditions du renouvellement, la désignation du poste de travail, l’intitulé de la convention collective applicable, la durée de la période d’essai éventuellement prévue, le montant de la rémunération et de ses différentes composantes, nom et adresse de la caisse de retraite complémentaire ainsi que, le cas échéant, ceux de l’organisme de prévoyance.
Le contrat doit être remis au salarié au plus tard dans les deux jours ouvrables suivant l’embauche.
 
  • Contrats successifs :

-Succession de contrats sur un même poste de travail :

Lorsqu’un contrat de travail à durée déterminée prend fin, il n’est pas possible de recourir, pour pourvoir le même poste de travail, à un
nouveau CDD ou à un contrat de travail temporaire, avant l’expiration d’une période égale (délais de carence) :
  • au tiers de la durée du contrat initial, renouvellement inclus, si cette durée est au moins égale à 14 jours,

  • à la moitié de la durée du contrat initial, renouvellement inclus, si cette durée est inférieure à 14 jours. A défaut les CDD sont requalifiés en CDI.

-Succession de contrats avec un même salarié :

Dès l’instant où la relation contractuelle se poursuit à l’issue du terme du CDD, celui-ci devient un CDI, même si, ultérieurement, un nouveau CDD est signé. Les conditions de ce nouveau contrat restent inchangées.
 
Toutefois, la succession continue de CDD avec un même salarié est possible dès lors que chacun d’eux est conclu pour les motifs de remplacement, d’usage ou de travail saisonnier.
  • Exécution du contrat :

-Période d’essai :

Elle doit être expressément prévue dans le contrat pour être opposable au salarié. Elle ne peut excéder un jour par semaine de contrat dans la limite de :

-  deux semaines si la durée du contrat est au plus égale à six mois,
- un mois si la durée du contrat est supérieure à six mois.

-Suspension du contrat :

Les clauses de suspension du CDD sont identiques à celles du CDI. Le CDD est suspendu pendant la maladie ou la maternité.

-Statut du salarié :

Les salariés en CDD ont les mêmes droits et les mêmes obligations que ceux liés par un CDI placés dans des conditions comparables.

Les CDD conclus en méconnaissance des dispositions légales concernant le terme, la durée et le renouvellement sont réputés à durée indéterminée et donnent lieu à l’application de sanctions pénales.

  • Fin du CDD :

-Rupture du contrat à l’échéance du terme :

Le CDD est rompu de plein droit à l’échéance du terme. Sauf dispositions contractuelles ou conventionnelles, l’employeur n’est pas tenu d’observer un délai de prévenance.

L’indemnité de fin de contrat est destinée à compenser la précarité de la situation dans laquelle se trouve le salarié à l’issue du contrat. Elle est égale à 10% de la rémunération totale brute due au salarié pendant la durée de son contrat (C. trav. art. L 1243-8). Un accord collectif peut déterminer un montant plus élevé. L’indemnité se calcule sur les mêmes bases que l’indemnité de congés payés.

-Rupture anticipée du contrat :

Elle peut intervenir dans plusieurs cas :

- accord des parties : la rupture doit résulter d’une volonté claire et non équivoque de leur part de mettre fin à leurs relations contractuelles.

-faute grave ou lourde du salarié ou de l’employeur-force majeure-embauche du salarié en CDI

-refus d’une modification du contrat
  • Sanctions en cas d’utilisation irrégulière du CDD :

-Requalification du CDD en CDI dès lors que les règles essentielles régissant le recours au CDD n’ont pas été respectées par l’employeur.

-Sanctions pénales : L’employeur est passible d’une amende de 3 750 euros et de six mois d’emprisonnement (C. trav.art. L 1248-1 à L 1248-11).